04/08/2016

La réforme du PTZ conquiert les primo-accédants

Alors que l’immobilier locatif retrouve une seconde jeunesse grâce çà la loi Pinel, les primo-accédants ont également leur marotte, le PTZ.



Ce fuit la grande annonce de la fin de l’année 2015. Le prêt à taux zéro (PTZ) allait être révisé pour mieux accompagner les particuliers souhaitant accéder à la propriété pour la première fois. Une réforme jugée indispensable tant l’immobilier était et est encore en grande forme en cet été 2016.

 

Le PTZ est un prêt qui, comme son nom l’indique si bien, ne produit pas d'intérêt. Il n’y a donc que le montant du prêt à rembourser. C’est déjà une grande différence avec les emprunts classiques. Par contre, le PTZ est limité à un pourcentage du prix total d’achat. Avant 2016, il était également limité à un nombre précis de communes.

 

Désormais, tout à changé. Ou presque. Le PTZ ne produit toujours pas d’intérêt mais il est désormais éligible à l’ensemble de la population française, contre 6 000 communes auparavant. De quoi aider beaucoup de particuliers. Ensuite, il permet de financer aujourd’hui jusqu’à 40% du prix du logement, contre 26% en 2015.


De fait, le nombre de PTZ a fortement augmenté en 2016, et les primo-accédants sont revenus en nombre sur le marché de la pierre. Alors que l’économie traverse une phase intense de turbulences, tout réussi à l’immobilier.

11:06 Publié dans Immobilier | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2015

Devenir un loueur meublé non professionnel

Le statut de loueur meublé non professionnel (LMNP) propose des avantages intéressants aux ménages ne percevant pas suffisamment de revenus locatifs pour être considéré comme un “professionnel” de la location.



La différence entre les statuts de loueur meublé non professionnel (LMNP) et loueur meublé professionnel (LMP) ne tient qu’à un chiffre : plus ou moins de 23 000 euros. Au-dessus de ce statut, le ménage (ou le particulier) entre automatiquement dans la case LMP. Ce statut propose également des avantages très pertinents, mais pour dépasser ce plafond, il est nécessaire de gérer plusieurs locations, ce qui n’est le cas de tous le monde.

 

Deux conditions sont à respecter pour bénéficier de l’avantage fiscal du statut LMNP :

  • Ne pas toucher des revenus locatifs supérieur à 23 000 euros par an.

  • Ne pas être inscrit au Registre du commerce et des sociétés.

 

Dans ce cas, l’investisseur peut profiter d’un abattement fiscal de 50% sur les revenus locatifs. Exemple : un ménage touche 6 000 euros de loyers annuel (500 euros par mois). Il ne paiera des impôts que sur 3 000 euros.

En fait, cet abattement correspond au régime fiscal micro-BIC. Le loueur en meublé non professionnel peut choisir sous quel régime fiscal il se déclare, le régime micro-BIC (plus avantageux pour les faibles revenus) ou le régime réel (obligatoire si le ménage touche plus de 32 900 euros de revenus locatifs).

 

Les résidences de services en LMNP

 

Il existe un autre avantage financier. Il est possible de récupérer la TVA sur l’achat (20%) du prix) si le bien en question fait partie d’une résidence de services. Cette dernière se décline en plusieurs catégories :

  • Les résidence pour seniors indépendants.

  • Les résidences pour seniors dépendants (type EHPAD).

  • Les résidence étudiantes.

  • Les résidences de tourismes.

  • Et les résidences d’affaires (bureaux…).

 

En bref, si un investisseur respecte ces critères, le statut LMNP peut être extrêmement profitable et amener un réduction d’impôt intéressante.

09:18 Publié dans Immobilier | Lien permanent | Commentaires (0)

20/02/2015

Un point sur le dispositif Pinel :

Sylvia-Pinel-sisi.jpgAlors que la crise de l’immobilier frappe la France, plusieurs articles de la loi Pinel ont été modifiés depuis que la loi Pinel a été mise en place. J’ai décidé de vous parler des différents articles qui ont été supprimés, modifiés ou remplacés.

 

Le nouveau zonage du dispositif Pinel est plus en phase avec le marché. C’est prêt de 1180 communes qui ont été reclassées. Le territoire a été découpé en 5 zones. Cela permet à des villes dites “tendues” (où la demande est plus importante que l’offre) d’être reclassées.

 

Les acheteurs auront désormais la possibilité de choisir de louer leur bien pendant 3 périodes différentes (6, 9, 12 ans). L’ancien dispositif Duflot ne permettait de louer son bien que pour une durée de 9 ans.

Les honoraires pratiqués par les agences immobilières sont désormais plafonnés pour éviter certains abus. Le PTZ (Prêt à taux Zéro) est accessible à un plus grand nombre de personnes, son montant et sa durée ont également été allongés.

 

Certains articles de loi restent incertains :

 

Pour encourager les propriétaires de terrains à vendre, un abattement de 30% de l’impôt sur le revenu sera accordé si le propriétaire s’engage à se séparer de son terrain avant le 30 septembre 2015. Les loyers devraient également être encadrés dans 28 agglomérations de plus de 50 000 habitants dans le but de combattre les loyers excessifs.